Ancient Music

  • J. S. Bach: Organ Masterworks, Vol. III

  • CD 1107
    • Release
    • 2012
    • CD
    • 1
    • EAN
    • 7619931110721

A night in Haarlem

THIS ALBUM CAN BE DIRECTLY BOUGHT BY CLAVES for: 25.- CHF + transport. Please see the "How to buy" section in the footer of this page.

You can listen to some extracts of her CDS here:
Kei Koito's Youtube playlist

What on earth can be going on in a church between midnight and 7 a.m. ? Vespers were done away with a long time ago; and in any case there is no question of holding such ceremonies in a Protestant church; even though this one; consecrated in 1559 by the Pope and the Emperor; was originally Catholic!

The reason for this unusual nocturnal presence is the recording of an organ recital dedicated to the great Bach by the extraordinary Japanese organist Kei Koito; who is a Swiss resident. To avoid day-time urban noise; and especially to give tourists and believers access to churches; organists often have no other option but to spend sleepless nights.

After a few hours sleep in a beautiful little hotel nestled in the old national stamp and bank-note factory; we arrive at 2 a.m. to be welcomed by the discreet artistic director of this recording. In the half-light; he tells us we are walking over the dead; and hopes we are not too afraid of ghosts. As we get closer; we can just make out the imposing mass of the 1738 Christian Müller organ. Jean-Claude Gaberel; sound-engineer for the project; had warned us of “a monstrous instrument”; and it certainly does command respect: it is quite simply one the biggest organs in the world.

Played by Handel; Mendelssohn and even young Wölfi at the tender age of 10; it has an innumerable quantity of pipes and stops; its least friendly feature is the unevenly weighted keys over the three keyboards; making the organist’s job quite athletic; particularly on the middle keyboard; which requires twice the strength to produce the sound. The recording goes on with an organ transcription by Kei Koito of the sublime aria from J.S Bach’s Cantata for alto; BWV 170; Vergnügte Ruh; beliebte Seelenlust (Delightful rest; beloved pleasure of the soul) whose title is in strong contrast with the outside noise coming from talkative drinkers and merrymakers.

But these untimely disturbances cannot cover the sound of such a powerful organ; even in its softest dynamics. Day soon starts to dawn; the merrymakers have gone to bed; replaced by huge; extremely noisy seagulls. But Kei Koito carries on with her programme relentlessly; playing fugues and chorales right into the early morning.

__________
Français

Mais que peut-on bien faire dans une église entre minuit et 7h du matin ? Les Vêpres sont depuis longtemps terminées et de toute façon il n’est pas question de ce genre de cérémonies dans un temple même si ce lieu, à l’origine catholique, fut consacré en 1559 par le Pape et l’Empereur !

La raison de cette présence insolite au milieu de la nuit, c’est l’enregistrement d’un récital d’orgue consacré au grand Bach par l’extraordinaire musicienne japonaise vivant en Suisse, Kei Koito. Pour éviter les bruits de la ville en journée et surtout permettre aux fidèles et aux touristes de se rendre dans les églises, les organistes n’ont souvent pas d’autres choix que de passer des nuits blanches.

Après quelques heures de sommeil dans un ravissant petit hôtel niché dans l’ancienne fabrique nationale des timbres-postes et des billets de banque, nous arrivons à deux heures du matin accueilli par le discret directeur artistique de cet enregistrement. Dans la pénombre, il nous révèle que nous sommes en train de marcher sur des gisants et espère que nous ne sommes pas trop effrayés par les fantômes.

En s’approchant, on devine la masse imposante de l’orgue Christiaan Müller de 1738: « monstrueux, le bignou » nous avait prévenu Jean-Claude Gaberel, l’ingénieur du son du projet et en effet l’instrument force le respect: tout simplement l’un des plus grands du monde. Joué par Haendel, Mendelssohn et même le petit Wölfi à l’âge tendre de 10 ans, il comporte un nombre invraisemblable de tuyaux et de jeux; sa caractéristique la moins sympathique et l’inégalité du poids des touches sur les trois claviers ce qui rend le travail de l’organiste très sportif, particulièrement sur le clavier du milieu qui exige de doubler la force pour faire entendre la note.

L’enregistrement se poursuit avec une transcription pour orgue de Kei Koïto du sublime air pour alto de la Cantate 170 de J. S. Bach Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust (Bienheureuse paix, bien aimée béatitude) dont le titre tranche singulièrement avec les bruits extérieurs composés de fêtards et de buveurs bavards.

Mes ces éléments intempestifs ne peuvent couvrir le son d’un tel orgue, même dans ses nuances les plus douces. Bientôt le jour commence à se lever, les fêtards sont allés se coucher et ont été remplacés par d’immenses goélands extrêmement bruyants. Mais Kei Koito poursuit inexorablement son programme et enchaîne fugues et chorales jusqu’au petit matin.

Le making of de l'enregistrement: A découvrir ici

J. S. Bach: Organ Masterworks, Vol. III
Not available on Spotify Buy it on Qobuz Buy it on Amazon Buy it on iTunes Buy it on eMusic Buy it on Deezer Buy it on Youtube Buy it on Allmusic
Facebook Twitter Add This More